Déclaration de la Coalition pour la liberté des médias au sujet de la sécurité des journalistes et du personnel des médias lors de conflits

Les membres soussignés de la Coalition pour la liberté des médias expriment leur inquiétude quant aux répercussions de la très grave escalade des hostilités entre Israël et le Hamas sur la sécurité des journalistes et l’accès à l’information. Selon le Comité pour la protection des journalistes, au moment de la publication, il est confirmé que 63 journalistes et membres du personnel des médias ont perdu la vie, ce qui en fait la période la plus meurtrière pour les journalistes couvrant un conflit depuis que le Comité pour la protection des journalistes a commencé à répertorier les décès en 1992.

L’accès à des sources d’information fiables, indépendantes et diversifiées ainsi que l’accès à Internet sont essentiels en période de conflit. Les journalistes et le personnel des médias sur le terrain jouent un rôle primordial en gardant le monde entier informé des réalités et des répercussions des conflits. Ils sont souvent les premiers témoins de ce qui s’est passé et jouent un rôle important dans la collecte et la diffusion d’informations fiables. Ils accomplissent une mission cruciale d’intérêt public. Toutefois, les journalistes se doivent d’être protégés. Les journalistes qui se trouvent en zones de conflit armé et dans les régions avoisinantes sont souvent confrontés à des dangers extrêmes et mettent leur vie en péril.

La Coalition pour la liberté des médias attire l’attention de façon urgente sur les règles et les responsabilités liées à la protection des journalistes et du personnel des médias dans les conflits, conformément au droit international humanitaire, qui interdit notamment de prendre directement pour cible la population civile et exige que toutes les précautions possibles soient mises de l’avant pour protéger la population civile.

Les journalistes bénéficient de la protection du droit international humanitaire parce qu’il s’agit de personnes civiles. Les attaques délibérées contre les journalistes sont interdites. Toutes les parties à un conflit doivent traiter les journalistes en détention conformément au droit international humanitaire. En outre, le matériel des médias et les installations destinées à des fins civiles sont considérés comme des biens de caractère civil, et ne doivent pas être la cible d’attaques ou de représailles, à moins qu’ils ne soient désignés comme des objectifs militaires.

Les membres soussignés de la Coalition pour la liberté des médias appellent toutes les parties au conflit à se conformer au droit international et à assurer la protection des journalistes et du personnel des médias qui couvrent le conflit entre Israël et le Hamas. Nous demandons que toute attaque contre les journalistes et le personnel des médias fasse l’objet d’une enquête et de poursuites, en vertu du droit national et international.

Signé: 

Australia
Austria
Canada
Chile
Denmark
Estonia
Finland
Greece
Iceland
Ireland
Italy
Latvia
Lithuania
Luxembourg
New Zealand
Norway
Portugal
Republic of Korea
Slovenia
Spain
Sweden
Switzerland
the Netherlands
the United Kingdom

Partager
Dernières declarations